Le jour où la magie as foutu un coup de pied au cul à ma dépression

Quand j’étais enfant, je me rappelle que je croyais dur comme fer à la magie. J’écumais les sites Internet de « sorcellerie » imaginant peut-être tombé sur une incantation, une potion qui changerait de manière exceptionnelle la vie d’une petite fille de sept ans. C’est à cet age d’ailleurs, en CE1, qu’avec une camarade de classe nous avions concoctées une potion que nous avions faites boire à plusieurs élèves de l’école; (un mélange entre terre, bave et dentifrice), je vous laisse imaginer comment nous avons bien pu nous faire gronder ! Et puis on va pas se mentir regarder charmed tous les soirs et les rediffusions pendant plusieurs années, ça n’a pas aidé. Petite je faisais la collection des pierres semi précieuse, c’était aussi une manière pour moi d’expérimenter un peu de magie.

Et puis un jour il a bien fallu quitter le monde de l’enfance et se retrouver tête la première dans l’adolescence, avec son lot de mal-être, la violence des autres, la violence du monde et les épreuves de la vie. C’est à ce moment que j’ai perdu et oublier cette magie. Je pouvais tout de même la retrouver dans le théâtre et le chant, c’était mes moments de magie à moi; les moments ou je ressentais encore des emotions.

Et puis finalement il m’aura fallu combattre deux démons (pas ceux de Charmed) des démons bien plus personnel, avec deux envies de quitter un monde qui me semblait sans saveur, sans espoir, sans magie, comprenais deux dépression…Et puis rajouter avec ça un soupçon de rupture par SMS, larguer comme une merde (la veille de nos vacances où j’avais pris un hôtel à 100 euros la nuit Arcachon)…

Bref un bon gros chaudron de merde et absolument pas de potion magique (merde mon grimoire m’aurait donc mentit) !

Et puis en plus dans ces moments-là, ont a toujours le chic pour écouter les bonnes chansons… Du style Tim Dup, Mademoiselle K ou toutes les chansons bien dépressive qui font que tu ressembles à un lapin qui a la myxomatose une bonne grosse dramaturge grec à la Antigone ou à la bridget Jones.

Mais il m’aura fallu traverser tout ça pour me reconnecter à moi, à la nature, à cette sensation de quelque chose au-dessus de nous, à ressentir les liens invisibles entre les humains ou les animaux, à mon intuition, à la magie.

Je me rappelle très bien de ce moment, un 31 décembre, faisant un baby sitting de reveillon à 100 boules la night et pleurant toutes les larmes de mon corps avec le champagne qui m’avait laissé les parents ! Je crois que ça fait très longtemps que je n’ai plus pleuré comme ça. Et si autant de larmes ont coulées à ce moment-là, c’est que je savais que je faisais mes adieux à mon ancienne vie, à mon ancienne moi et que je clôturais quelque chose.

Alors je me suis mis à faire le point sur toute ma vie, qui j’etais, qu’elles était mes besoins mes désirs, qu’est-ce qui me faisait vibrer, autre que le percuteur mécanique à ressort ? Pourquoi j’étais sur terre ? Comment fonctionner le monde et les humains ? Qu’est-ce que je voulais vraiment ? Bref une belle grosse crise existentielle !

Et ce lendemain du 31 décembre (donc le 1er janvier si vous suiviez) je me suis réveillé avec une nouvelle énergie. Je ne serai jamais l’expliquer, mais je savais que plein de choses aller changer, que la vie m’attendait (et le Covid aussi d’ailleurs), une énergie de vie qui paraissait me transporter vers un nouveau chemin, celui de l’alignement personnel !

J’ai commencé alors ce que je n’avais jamais fait jusque-là, m’offrir des pauses, du bien-être, de l’attention, et de l’auto compassion. J’avais même fait une liste de mes rêves et toutes les choses que je voulais faire avant de mourir. À partir de ce 1er janvier j’avais clairement décidé qu’il en était terminé de Bridget Jones et à partir du moment où j’avais énoncé mes envies plein de belles opportunités et de rencontres se sont mises sur mon chemin.

Et c’est alors que 15 jours plus tard, je rencontrai sûrement une des plus belles rencontres de ma vie. Plus qu’une amie, une âme sœur, un lien d’âme sacrée. Pour la première fois de ma vie l’univers avait mis sur ma route une personne du même monde que moi, habitée d’une hypersensibilité et d’une âme incroyable. Une âme lumineuse, qui partageais sans même se rendre compte, ce rayonnement exceptionnelle qu’il y avait dans son cœur.

C’est cette magie en elle, cette spontanéité, (comme le fait de me proposer de danser une valse sur la plage), qui m’a permis de m’émerveiller à nouveau devant la beauté du monde, de ressentir à nouveau ses liens invisibles à travers le temps et l’espace qui peut exister entre des personnes. Le chemin de la magie, de la spiritualité elle, elle l’avait emprunté déjà depuis longtemps et c’est tout naturellement que j’ai emprunté moi aussi ce chemin, tout en traçant le mien.

Certains appelleront ça le destin, le hasard, la loi de l’attraction ou les connexions, peu importe. Personnellement j’aime à dire qu’il s’agit de connexion d’âmes, la magie des sensibles et des synchronicités.

Du jour au lendemain mes yeux ne faisait que regarder le monde avec intensité et passion comme la petite fille que j’étais et que j’avais enfermé à double tour il y a quelques années. Je me suis alors mis à oser, oser vivre. Je me suis aussi réconcilié avec mon corps, grâce à la danse et à la photo, moi qui été complexé depuis des années. J’ai compris que j’étais épanouie quand j’échangeai des heures sur des sujets de philosophie, de société ,de psychologie avec des gens comme moi qui avait soif de débat, de conversation authentique, d’humanité et d’amour.

Même le confinement n’aura pas eu ma peau, au contraire. Ce fut un nouveau tremplin, tel une catapulte dirigé vers la personne que j’avais toujours voulu être. Sur ce chemin, j’ai rencontré la sérénité et la plénitude, même si on va pas se mentir à l’annonce du confinement, Bridget Jones hyperactive que j’étais à pris possession de mon corps le temps de quelques jours. Mais je l’ai vite foutu à la porte à coups de pied et de lâcher prise. (et un peu de bière et de larmes)

Cela m’a permis aussi de prendre conscience du rythme biologique de mon corps, de méditer et d’aimer… Cette période reste une des périodes les plus intenses de ma vie, une transition subtile vers une énergie qui m’animai et une paix intérieure dans chaque geste de ma vie.

Puis il y a eu l’annonce de la réussite de mon concours pour Paris et là ça a été la claque… une réussite oui mais partir loin de toute cette bonne Vibes, personnel, artistique, amicale géographique, ctte ancrage que j’avais réussi à avoir. J’ai pleuré pendant des heures parce que j’avais l’impression que si j’acceptais de partir alors je renoncé à tout cela et à la fois j’avais cette sensation, cette intuition que quelque chose m’attendait à Paris.C’est d’ailleurs à ce moment que mes yeux n’ont pas arrêté de se poser sur des publicités des postes Instagram qui me pousser encore plus à croire au signe. Je revois ce post où il y avait écrit en gros « Paris t’attends.. ». Mais le plus dingue c’était de me retrouver perdu au fin fond de la Gironde dans une ancienne gare abandonnée et que le seul panneau de signalisation qu’il y avait étai… Bobigny, la ville hiérarchique de mon nouveau lieu de travail. C’etait sur, l’univers me donné des signes !

À partir de ce moment-là j’ai décidé d’écouter cette petite voix, mon intuition et de partir, de quitter un 20 m² pour un 9m2 à côté de l’Eiffel Tower (ouais ça fais mieux en anglais) , Et de passer à l’action ! Ce fut un choix dur de partir loin des personnes que j’aimais, des synchronicités, des liens d’âme sacré, de l’océan, de chez moi. Mais à la fois je sentais qu’il fallait que je quitte un lieu qui était empreints de souvenirs difficiles, de blessures, et d’amour impossible.

Alors même si le deuxième confinement et la solitude n’est pas toujours simple, je sais que je suis à la bonne place. D’autres belles rencontres se sont faites d’autres synchronicité et je sais que chaque personnes passant dans ma vie, chaque expérience, est une magie supplémentaire sur mon parcours, sur mon petit chemin de pâquerettes que je fleurit et que j’arrose tous les jours comme dirait Julie Salazar, (une autre belle rencontre spirituelle est magique).

Aujourd’hui, je sais qu’il suffit de suivre mon chemin, mon intuition d’écouter mes désirs et mes besoins, mais aussi d’apprendre à ralentir pour voir et recevoir la beauté et la magie des autres, de notre belle planète. Je sais que si je veux alors je peux tout entreprendre, avec du temps, avec les bonnes personnes autour de moi, et de la patience. Si je devais donner un conseil c’est de suivre tout le temps votre cœur mais avec dignité et utilité. De croire au signe du destin, de suivre l’amour et non les peurs, ses fameuses peur qui vous garde cloué sur place et ne vous permettent pas d’avancer. Et puis aimer, aimer de manière inconditionnelle, sortez de votre zone de confort, osez l’aventure car la vie est un immense jeu, un jeu en immersion réel (petit clin d’œil à goodbye confort zone)


Ma vie a depuis repris une lumière, des couleurs et même dans les moments sombres, elle continue de clignoter pour ne pas se faire zapper. Un demi-cercle c’est aussi à nouveau dessiné sur mon visage et une boule de joie et de magie s’est incrusté dans mon ventre et dans ma gorge.

Si quelque chose vous tient à cœur alors allez-y, même si vous pensez que vous partez de trop loin, le vouloir c’est déjà avoir fait une partie du chemin ! Quand on réussit, quand on ose ou quand on se dépasse alors nous sommes habitée d’une fierté, d’un plaisir de vivre ! Et finalement je pense que c’est ça la différence avec la dépression,. Pour moi la différence de la dépression n’est pas le bonheur. Pour moi c’est l’énergie, le plaisir, la vitalité qui nous anime, et le bonheur n’est que la conséquence de tout ça. Laissez-vous guider par l’énergie de votre cœur, la magie est partout, la beauté et l’amour aussi.

Alors je ne vais pas non plus dire que seule les paquerettes, la magie et es fleurs ont fait tchao bye bye à ma depression en un eclair ! Oh que non c’etait long est fastidieux, mais ça m’a aidé, comme les lecture, les rencontre et mon suivis psy.

Vous êtes de belle personnes, n’attendez pas la lumiere au fond du tunnel, elle est déjà en vous, porté par votre enfant interieur qui veux revoir le monde avec magie et envie !

 » La vie n’est pas un couloir simple et facile le long duquel nous voyageons librement et sans encombre… ais un labyrinthe de passages dans lesquels nous devons chercher notre chemin, perdu et confus, empruntant de temps en temps une allée aveugle. Mais toujours, si nous avons la foi, une porte s’ouvrira pour nous, pas peut-être une porte à laquelle nous-mêmes aurions jamais pensé, mais une porte qui s’avérera finalement bonne pour nous. » Archibald Joseph Cronin

Une réflexion sur “Le jour où la magie as foutu un coup de pied au cul à ma dépression

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s